Zoom sur le syndrome des jambes sans repos

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Aujourd’hui on va vous parler d’un trouble peu connu bien que très répandu dans nos sociétés : le syndrome des jambes sans repos. Cette affliction, que l’on retrouve aussi sous l’appellation d’« impatience dans les jambes » est un trouble le plus souvent nocturne dont souffrirait près d’une personne sur dix. C’est donc un mal courant mais néanmoins mystérieux puisqu’il est parfois difficile d’en établir la cause ou de le guérir. Alors, curieux ? On vous en dit plus tout de suite !

Syndrome des jambes sans repos : qu’est-ce que c’est ?

Une personne souffrant d’un syndrome des jambes sans repos va ressentir une sensation d’inconfort au niveau de ses membres inferieurs qui va susciter chez lui une envie irrépressible de les bouger. Cette sensation va différer en fonction des cas, certains patients parleront ainsi de brulure, d’autres de fourmillement, de démangeaisons ou de piqures. Certains évaluerons ces symptômes comme simplement gênants, alors que d’autres les vivront comme un véritable calvaire.

Comme on l’a évoqué dans l’introduction, les symptômes de l’impatience dans les jambes ont plutôt tendance à se manifester le soir ou la nuit, bien que chez certaines personnes ils puissent également apparaitre durant la journée (mais presque toujours lors d’une période d’inactivité). Bien qu’en soit ce trouble neurologique ne soit pas très grave, il peut entrainer de fâcheuses conséquences chez certains sujets particulièrement atteints. En induisant chez ces personnes des problèmes d’insomnie chronique, le syndrome des jambes sans repos aboutit à une dégradation générale de l’état de santé des sujets et à l’apparition d’autres symptômes propres à l’insomnie.

Les symptômes du syndrome des jambes sans repos

Quelques éléments pour reconnaitre l’impatience dans les jambes :

  • Le sujet ressent un grand besoin de bouger ses jambes. Ce besoin est causé ou se fait avec une sensation d’inconfort. La plupart du temps, aux débuts de la maladie, cette sensation désagréable se trouve au niveau des mollets.
  • Ces symptômes apparaissent ou se font plus forts pendant les moments de repos ou d’inactivité, lorsque le sujet s’assoit où se couche.
  • Les symptômes s’aggravent la nuit et sont à l’origine d’insomnies.
  • Lorsque le sujet bouge ou masse ses jambes, il ressent un soulagement.
  • Les symptômes apparaissent de façon périodique et s’étendent de quelques minutes à quelques heures.
  • Le sommeil s’accompagne souvent de mouvements involontaires des jambes.
  • Dans les formes les plus sérieuses, les bras peuvent aussi être atteints.

Syndrome des jambes sans repos : forme primaire ou secondaire

Chez les patients atteints par le syndrome des jambes sans repos, on distingue ceux qui présentent une forme primaire de la maladie de ce qui présentent une forme secondaire.

Forme primaire

Si on ne connait pas bien l’origine de la forme primaire du syndrome des jambes sans repos, on présume qu’elle est due à une anomalie génétique héréditaire. Il est en effet courant de retrouver ce syndrome chez les membres d’une même famille. Les premiers symptômes apparaissent généralement vers la fin de l’adolescence. La maladie va ensuite aller en empirant de façon progressive pour atteindre un pic vers les 50 ans du sujet.

Forme secondaire

On parle de forme secondaire du syndrome des jambes sans repos lorsque la maladie est induite par un autre trouble ou par un élément extérieur. Ces causes externes sont nombreuses, il peut par exemple s’agir de simples carences en fer ou en vitamines, d’une maladie chronique (telle qu’une insuffisance rénale, un diabète, etc.), d’un état d’obésité, de l’absorption de caféine ou de certains médicaments.

 

Ca pourrait vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Nos comparatifs