Troubles du sommeil : quels oligo-éléments et vitamines pour lutter contre l’insomnie ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Les troubles du sommeil font partie des affections chroniques et récurrentes du monde moderne.  Chaque jour, des millions de personnes stressées ont du mal à trouver le sommeil. D’autres par contre se plaignent d’un excès de sommeil ou d’un sommeil trop court qu’ils voudraient bien corriger. Des recherches en santé du sommeil ont révélé une corrélation certaine entre les troubles d’insomnie et les carences en vitamines en tous genres. Qu’en est-il réellement ?

Les troubles du sommeil, qu’est-ce que c’est ?

Le sommeil est un état involontaire de repos du corps qui intervient généralement après une journée de travail ardu. La personne qui dort paraît effectivement fatiguée et sans force. Exceptionnellement, le sommeil peut survenir à n’importe quel moment dans une journée de 24 h, de retour d’un voyage par exemple ou après une nuit de célébration. Son rôle consiste à mettre le système cardiovasculaire ou neuronal au repos. Cependant, il arrive que de nombreux facteurs internes et exogènes comme les situations de stress au boulot engendrent une multitude de troubles du sommeil.

Les carences alimentaires en vitamine constituent les facteurs internes les plus incriminés dans les causes possibles des troubles du sommeil, notamment celle de l’insomnie. Découvrez sur le site http://www.alternavites.com/ les vitamines et suppléments qui peuvent vous aider à corriger votre manque de sommeil la nuit notamment.  

Les troubles du sommeil : des chiffres inquiétants

Des études pas si récentes que ça avaient révélé que les troubles du sommeil touchaient plus de 30 % des français. Selon cette étude de l’INSV effectuée en 2009, l’apnée du sommeil concernerait 10% de la population pour 84 % qui disent souffrir d’insomnie. Cette forme de trouble du sommeil est de très loin la plus répandue au sein de la population.

On dénombrait pour cette étude 50% d’hommes souffrant de troubles du sommeil en tous genres. En matière d’âge, l’étude semblait avoir relevé une plus forte sensibilité des personnes se situant dans la tranche d’âge 45 et 55 ans aux troubles du sommeil. Aujourd’hui encore où les gens sont beaucoup plus sujets à des challenges plus grands et où la malbouffe fait école, les chiffres ont nettement évolué.            

Les insomnies

Les insomnies sont soit chroniques ou transitoires. Elles sont caractérisées par un sommeil insuffisant ou de très mauvaise qualité. Très souvent, le lendemain, l’insomnie fait place à une somnolence diurne, des sauts d’humeur et une très forte irritabilité. Il existe plusieurs formes d’insomnies que sont l’insomnie psychiatrique liée à des troubles psychiques, l’insomnie psychophysiologique due à la survenance d’un événement stressant ou encore l’insomnie due aux effets secondaires de médicaments.  C’est d’ailleurs un cas courant généralement signalé dans la posologie des médicaments tels que les anxiolytiques, les antidépresseurs, antiparkinsoniens, etc. Par ailleurs, les pires formes d’insomnie s’observent chez les personnes qui ont subi des opérations chirurgicales, chez les malades du VIH ou les victimes de traumatismes crâniens.

Les conséquences de l’insomnie

Les conséquences de l’insomnie peuvent être évaluées dans le court et le long terme. C’est une affection qui peut vous gâcher la qualité de votre journée et se manifeste à court terme par des difficultés pour se concentrer, des performances professionnelles au rabais, des risques d’accident de travail, une fatigue excessive et une somnolence quasi permanente en pleine journée. Une autre conséquence à court terme est une forte irritabilité, une humeur exécrable, et des troubles de mémoire.

Sur le long terme, l’insomnie peut avoir des répercussions tel que le risque de diabète et d’obésité. On a relevé aussi des cas d’hypertension artérielle, de dépression et de troubles émotionnels profonds. Certains insomniaques sont même devenus plus sensibles à certaines formes d’affections, preuve que leur système immunitaire a reçu un coup. Beaucoup d’insomniaques sont devenus du coup obèse, voire diabétique, le corps n’ayant pas réussi à bruler le surplus de sucre absorbé.   

Faire le plein de vitamines pour vaincre l’insomnie

Lorsque vos besoins de sommeil nocturne se soldent tous par des veillées involontaires, vous souffrez probablement d’insomnie. Mais le diagnostic ne peut être définitif sans l’avis d’un médecin spécialisé dans les troubles du sommeil. C’est au médecin de faire les tests sanguins indiqués pour déterminer les causes de votre insomnie ou de votre hypersomnie.

Selon les individus, les causes peuvent varier. Elles peuvent être la conséquence d’accidents, de stress, de carences en vitamines, etc. Si le problème vient d’un apport en vitamine insuffisant, le médecin pourra prescrire au patient des compléments en vitamines qui l’aideront à corriger son état de santé et à reprendre une hygiène de vie normale. Il s’agit généralement d’un programme oligovitaminé qui allie oligoéléments, minéraux, aliments et surtout plein de vitamines.

Régime anti-insomnie : bien manger au bon moment

Lorsqu’on souffre d’insomnie, la conséquence directe est une perte d’énergie qui peut se révéler handicapante. En effet, l’organisme qui n’est pas conditionné pour produire des vitamines et des minéraux doit puiser uniquement dans la réserve disponible. C’est cette surexploitation du peu de ressource disponible qui épuise le corps et le rend flegmatique.

Pour remédier à ce désordre physiologique et physique, il est important de veiller à une bonne hygiène du sommeil. Cette hygiène garantit un bon fonctionnement des différents mécanismes de transformation des protéines, magnésium et vitamines du groupe B en tryptophane, en sérotonine puis en mélatonine.  Pour faire plus court, l’insomniaque doit privilégier un régime alimentaire protéinique très tôt le matin et, glucidique le soir ou au goûter. Ces deux nutriments influent différemment sur le tryptophane. Le premier groupe de nutriment favorise la production de la dopamine utile pour passer une journée de travail efficace et productif tandis que le second facilite la production de la sérotonine propice pour vous prédisposer à une nuit de sommeil réparateur.   

 Oligo-éléments et vitamines pour en finir avec l’insomnie

Le corps humain a besoin de micronutriments pour un fonctionnement optimal.  Au nombre de ces micronutriments, nous avons les vitamines. Elles proviennent essentiellement de l’alimentation. C’est ce qui fait qu’une personne qui se nourrit mal peut en souffrir énormément. Il s’agit entre autres de vitamines D que tout humain vivant sur terre peut obtenir naturellement en 12 minutes d’exposition au soleil de la mi-journée. Une carence en la matière crée une perturbation d’un des régulateurs du sommeil connu sous le nom de prostaglandine D2. Cette perturbation ajoute un effet aggravant aux symptômes de l’insomnie qui handicape eu jour le jour la personne malade. Passé l’été, il faudra se mettre à un régime minimum de 1000 à 2000 UI/jour de vitamines D bien sûr sur ordonnance médicale. Qu’est-ce qui change réellement après 4 jours à une semaine d’absorption de la vitamine D que cela soit en été ou en hiver ?   

On note une diminution significative du délai d’endormissement et une amélioration de la durée et donc de la qualité du sommeil. Par ailleurs, pour avoir désormais une bonne hygiène du sommeil, il est également conseillé aux personnes souffrant d’insomnie de consommer les vitamines A, B3, B5, B6, B9 et B12. Ces vitamines sont indispensables pour transformer le tryptophane en sérotonine, l’hormone du sommeil. Toutes ces vitamines peuvent être complétées par l’absorption de minéraux tels que le fer, le zinc ou encore le magnésium, toujours dans le but de produire la dose de sérotonine nécessaire pour jouir d’une qualité de sommeil réparateur et revigorant. 

Ca pourrait vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Lampes de luminothérapie : nos guides